Index   Back Top Print

[ DE  - EN  - ES  - FR  - IT  - PT ]

CELEBRATION MATINALE RETRANSMISE EN DIRECT
DEPUIS LA CHAPELLE DE LA MAISON SAINTE-MARTHE

HOMELIE DU PAPE FRANÇOIS

" Comment le monde donne-t-il la paix et comment le Seigneur la donne-t-il ? "

Mardi 12 mai 2020

[Multimédia]


Introduction

C'est aujourd'hui la journée des infirmiers. Hier, j'ai envoyé un message. Prions aujourd'hui pour les infirmiers et les infirmières, hommes, femmes, jeunes hommes et jeunes femmes qui exercent cette profession, qui est plus qu'une profession, c'est une vocation, un engagement. Que le Seigneur les bénisse. En ce temps de pandémie, ils ont donné un exemple d'héroïsme et certains ont donné leur vie. Prions pour les infirmières et les infirmiers.

Homélie

Avant de s'en aller, le Seigneur salue les siens et donne le don de la paix (cf. Jn 14, v. 27-31), la paix du Seigneur: «Je vous laisse la paix; je vous donne ma paix; je ne vous la donne pas comme le monde la donne, je la donne à vous» (cf. v. 27). Il ne s'agit pas de la paix universelle, cette paix sans guerre que nous voudrions tous voir toujours régner, mais de la paix du cœur, la paix de l'âme, la paix que chacun de nous a en lui. Et le Seigneur la donne mais, souligne-t-il: «Pas comme le monde la donne» (v.27). Comment le monde donne-t-il la paix et comment le Seigneur la donne-t-il? Est-ce que ce sont des paix différentes? Oui. Le monde te donne la "paix intérieure", nous parlons de celle-ci, la paix de ta vie, le fait de vivre avec le "cœur en paix". Il te donne la paix intérieure comme si elle t'appartenait, comme quelque chose qui est à toi et qui t'isole des autres, que tu gardes en toi-même, une chose que tu as acquise: j'ai la paix. Et toi, sans t'en rendre compte, tu t'enfermes dans cette paix, c'est une paix un peu pour toi, pour une personne, pour chacun; c'est une paix solitaire, c'est une paix qui te tranquillise, qui te rend même heureux. Et dans cette tranquillité, dans ce bonheur tu t'endors un peu, elle t'anesthésie et te fait rester avec toi-même dans une certaine tranquillité. C'est un peu égoïste: la paix pour moi, enfermée en moi. C'est ainsi que le monde la donne (cf. v. 27). C'est une paix coûteuse, car tu dois sans cesse changer les "instruments de paix": quand une chose t'enthousiasme, une chose te donne la paix, elle se termine ensuite et tu dois en trouver une autre… Elle est coûteuse, parce qu'elle est provisoire et stérile.

En revanche, la paix que te donne Jésus est une autre chose. C'est une paix qui te met en mouvement: elle ne t'isole pas, elle te met en mouvement, elle te fait aller auprès des autres, elle crée la communauté, elle crée la communication. Celle du monde est coûteuse, celle de Jésus est gratuite, elle est gratuite; c'est un don du Seigneur: la paix du Seigneur. Elle est féconde, elle te fait toujours avancer. Un exemple de l'Evangile, qui me fait penser à ce qu'est la paix du monde, est cet homme qui avait les greniers pleins et dont la récolte de l'année semblait être excellente, il pensa alors: "Mais je devrai construire d'autres entrepôts, d'autres greniers pour y mettre celle-là et ensuite je serai tranquille… c'est ma tranquillité, avec ça je peux vivre tranquille". "Insensé, dit Dieu, cette nuit tu mourras" (cf. Lc 12, 13-21). C'est une paix immanente, qui ne t'ouvre pas la porte de l'au-delà. En revanche, la paix du Seigneur est ouverte, vers l'endroit où il est allé, elle est ouverte au Ciel, elle est ouverte au Paradis. C'est une paix féconde qui s'ouvre et qui emmène aussi d'autres personnes avec toi au Paradis. Je crois que réfléchir un peu nous aidera: quelle est ma paix, où est-ce que je trouve la paix? Dans les choses, dans le bien-être, dans les voyages – mais à présent, actuellement, on ne peut pas voyager – dans les possessions, dans tant de choses ou est-ce que je trouve la paix comme don du Seigneur? Est-ce que je dois payer la paix ou est-ce que je la reçois gratuitement du Seigneur? Comment est ma paix? Quand il me manque quelque chose est-ce que je me mets en colère? Ce n'est pas la paix du Seigneur. C'est l'une des preuves. Est-ce que je suis tranquille dans ma paix, est-ce que "je m'endors"? Ce n'est pas celle du Seigneur. Est-ce que je suis en paix et je désire la communiquer aux autres et faire avancer quelque chose? C'est la paix du Seigneur! Est-ce que même dans les mauvais moments, difficiles, cette paix reste en moi? C'est celle du Seigneur. Et la paix du Seigneur est féconde également pour moi, parce qu'elle est pleine d'espérance, c'est-à-dire qu'elle regarde vers le Ciel. Hier – excusez-moi si je dis ces choses, mais ce sont des choses de la vie qui me font du bien – hier, j'ai reçu une lettre d'un prêtre, un brave prêtre, brave, et il dit que je parle peu du Ciel, que je devrais en parler davantage. Et il a raison, il a raison. C'est pourquoi j'ai voulu souligner cela aujourd'hui: que la paix, celle que nous donne Jésus, est une paix pour maintenant et pour l'avenir. C'est commencer à vivre le Ciel, avec la fécondité du Ciel. Ce n'est pas une anesthésie. L’autre, oui: tu t'anesthésies avec les choses du monde et quand la dose de cette anesthésie finit, tu en prends une autre et une autre, et une autre… Celle-ci est une paix définitive, également féconde et contagieuse. Elle n'est pas narcissique, car elle regarde toujours le Seigneur. L’autre te regarde, elle est un peu narcissique.

Que le Seigneur nous donne cette paix pleine d'espérance, qui nous rend féconds, qui nous fait communiquer avec les autres, qui crée une communauté et qui regarde toujours la paix définitive du Paradis.

 

 



© Copyright - Libreria Editrice Vaticana