Index   Back Top Print

[ EN  - ES  - FR  - IT  - PT ]

CELEBRATION MATINALE RETRANSMISE EN DIRECT
DEPUIS LA CHAPELLE DE LA MAISON SAINTE-MARTHE

HOMELIE DU PAPE FRANÇOIS

« Regarder le crucifix sous la lumière de la rédemption »

Mardi, 31 mars 2020

[Multimédia]


Introduction

Nous prions aujourd’hui pour les personnes sans domicile fixe, en ce temps où l’on nous demande de rester à la maison. Afin que la société d’hommes et de femmes prennent conscience de cette réalité et leur apportent de l’aide, et que l’Eglise les accueille.

Homélie

Le serpent n’est certainement pas un animal sympathique : il est toujours associé au mal. Dans la Révélation également, le serpent est précisément l’animal qu’utilise le diable pour inciter au péché. Dans l’Apocalypse, on appelle le diable « serpent antique », celui qui, depuis le début, mord, empoisonne, détruit, tue. C’est pour cela qu’on ne peut pas réussir. Si tu veux réussir comme quelqu’un qui propose de belles choses, ceci est le fruit de l’imagination : nous y croyons, et ainsi, nous péchons. C’est ce qui est arrivé au peuple d’Israël : il ne supporta pas le voyage. Il était fatigué. Il parla contre Dieu et contre Moïse : « Pourquoi nous avez-vous fait monter d’Egypte pour mourir en ce désert ? Car il n’y a ni pain ni eau ; nous sommes excédés de cette nourriture de famine » (cf. Nb 21, 4-5). Et l’imagination – nous l’avons lu ces derniers jours – revient toujours à l’Egypte : « Mais nous étions bien là-bas, nous mangions bien... ». Et il semble aussi que le Seigneur ne supporta pas le peuple à ce moment. Il se mit en colère : la colère de Dieu se fait sentir, parfois... Et alors, le Seigneur envoya parmi son peuple des serpents brûlants, qui mordaient les gens, qui mouraient. Cela « fit périr beaucoup de monde en Israël » (Nb 21,5). A ce moment, le serpent est toujours l’image du mal : le peuple voit dans le serpent le péché, il voit dans le serpent celui qui a fait du mal. Et il va voir Moïse et dit : « Nous avons péché en parlant contre Yahvé et contre toi. Intercède auprès de Yahvé pour qu’il éloigne de nous ces serpents » (Nb 21, 7). Il se repentit. Cela est l’histoire dans le désert. Moïse pria pour le peuple et le Seigneur dit à Moïse : « Façonne-toi un Brûlant que tu placeras sur un étendard. Quiconque aura été mordu et le regardera restera en vie » (Nb 21, 8).

Il me vient cette réflexion : mais cela n’est-il pas une idolâtrie ? Il y a le serpent, là, une idole, qui me donne la santé... On ne comprend pas. Logiquement, on ne comprend pas, pourquoi cela est une prophétie, est une annonce de ce qui arrivera. Car nous avons entendu aussi comme prophétie semblable, dans l’Evangile : « Quand vous aurez élevé le Fils de l'homme, alors vous saurez que Je Suis et que je ne fais rien de moi-même » (Jn 8, 28). Jésus élevé : sur la croix. Moïse fait un serpent et l’élève. Jésus sera élevé, comme le serpent, pour apporter le salut. Mais le nœud de la prophétie est précisément que Jésus s’est fait péché pour nous. Il n’a pas péché : il s’est fait péché. Comme dit saint Pierre dans sa Lettre : « Il a porté lui-même nos fautes dans son corps » (1 P 2, 24). Et quand nous regardons le crucifix, nous pensons au Seigneur qui souffre : tout cela est vrai. Mais nous nous arrêtons avant d’arriver au cœur de cette vérité : en ce moment, Tu sembles être le plus grand pécheur, Tu t’es fait péché. Il a pris sur lui tous nos péchés, il s’est anéanti jusqu’à maintenant. La croix, c’est vrai, est un supplice, c’est la vengeance des docteurs de la Loi, de ceux qui ne voulaient pas Jésus : tout cela est vrai. Mais la vérité qui vient de Dieu est qu’Il est venu au monde pour prendre nos péchés sur lui au point de devenir péché. Tout péché. Nos péchés sont là.

Nous devons nous habituer à regarder le crucifix sous cette lumière, qui est la plus vraie, c’est la lumière de la rédemption. Dans Jésus fait péché, nous voyons l’échec total du Christ. Il ne fait pas semblant de mourir, il ne fait pas semblant de souffrir, seul, abandonné... « Père, pourquoi m’as-tu abandonné ? » (cf. Mt 27, 46 ; Mc 15, 34). Un serpent : je suis élevé comme un serpent, comme celui qui est tout péché.

Il n’est pas facile de comprendre cela et, si nous réfléchissons, nous n’arriverons jamais à une conclusion. Uniquement contempler, prier et rendre grâce.

Prière pour faire la communion spirituelle :

Les personnes qui ne peuvent pas communier font à présent une communion spirituelle.

Mon Jésus, je crois que tu es réellement présent dans le Très Saint Sacrement de l’autel. Je T’aime plus que toute autre chose et je Te désire dans mon âme. Puisqu’en ce moment, je ne peux pas te recevoir de façon sacramentelle, viens au moins spirituellement dans mon cœur. Comme déjà venu, je T’embrasse et je m’unis entièrement à Toi. Ne permets pas que je me sépare jamais de Toi. Amen.



© Copyright - Libreria Editrice Vaticana